Le diaphragme est le muscle principal de la respiration.


Au repos, le diaphragme a une activité automatique entre l'inspiration qui fait entrer l'air et l'expiration qui fait sortir l'air.

En forme de coupoles, il ferme la partie basse de la cage thoracique.

En son centre, le "centre phrénique" est formé d'un entre-lac de tendons très denses.

Ils servent de point d'appuis aux deux coupoles du diaphragme.

Dans sa périphérie, la couronne diaphragmatique est formée de deux coupoles musculaires, une à droite et une à gauche.

Ces coupoles s'attachent sur le pourtour inférieur de la cage thoracique et à l'arrière le long de la colonne vertébrale.

En association avec le centre phrénique et les muscles abdominaux profonds (transverses supérieurs), le diaphragme ouvre l'espace inférieur de la cage thoracique pendant l'inspiration.

Le diaphragme est solidaire de la posture

Le diaphragme est solidaire de la posture de votre colonne vertébrale par des fascias qui remontent vers le haut, jusque dans la nuque et à l'avant, le long du sternum.

Des fascias descendent le long de la colonne vertébrale lombaire comme de gros piliers (voir doc lombaires piliers du diaphragme).

La position verticale équilibrée de l'ensemble de votre posture est nécessaire pour une bonne activité du diaphragme.

Exemple : le dos rond, les scolioses, l'excès de cambrure limitent les fonctions du diaphragme.


Dans l'inspiration ventrale la colonne vertébrale se redresse.

Les côtes inférieures de la cage thoracique s'écartent pour que les coupoles du diaphragme prennent appuis sur le ventre.

Cette ouverture du diaphragme dans l'inspiration n'est efficace que si nous avons de bons abdominaux profonds appelés transverses (voir documentation : abdominaux) pour avoir de bons appuis avec un ventre solide.

Cette organisation de la respiration entraîne une action bénéfique sur nos organes digestifs en stimulant leurs mouvements.

En plus ces bons appuis, grâce à la force du transverse abdominal, ouvrent le diaphragme et les poumons.

Les poumons sont des poches passives stimulées par le diaphragme pour gagner de l'amplitude.


La grande respiration

La grande respiration commence toujours par la respiration diaphragmatique ventrale pour continuer ensuite par l’ouverture des côtes grâce aux muscles inspirateurs de la cage thoracique jusqu'aux grands muscles à l'avant du cou. Ceci n'est possible que par une posture verticale de l'ensemble du corps.


L'expiration est possible grâce au relâchement

L'expiration est possible grâce au relâchement, à l'assouplissement, des muscles inspirateurs de la cage thoracique. Alors seulement les muscles intercostaux expirateurs pourront agir efficacement dans la descente des côtes.

L'expiration profonde utilise ensuite les abdominaux obliques qui tirent les côtes vers le bas.

Dans l'inspiration les côtes montent et s'écartent. le sternum monte avec un muscle tonique (le triangulaire du sternum) muscle très important puisqu'il contrôle la solidité des attaches côte - sternum à l'avant de la cage thoracique.

Dans l'expiration il est important d'apprendre à relâcher ce muscle triangulaire du sternum jusque dans le fond de la gorge pour laisser les côtes descendre et se resserrer afin de vider les poumons de leur air vicié.


Exemple : une grande majorité de personnes sont en blocage inspiratoire par rétraction des muscles suspenseurs des côtes du haut du corps et du sternum. Il est très important d'apprendre à souffler dans la détente dans un premier temps pour vider les poumons et ensuite laisser venir l'inspire par la pression des poumons vers la cage thoracique et par l'ouverture du diaphragme.

L'inspiration s'installe naturellement lorsque les poumons sont vides selon les besoins en oxygène de votre corps.