Quelques réflexions au sujet des fascias.

Les fascias sont constitués de tissus conjonctifs. Le tissu conjonctif est le tissus le plus important de l'organisme. Il a une fonction mécanique. Deux enveloppes de tissus conjonctifs construisent les fascias.

Une grande enveloppe sous la peau, comme un grand maillage élastique.

Une deuxième enveloppe sous la première se dédouble de nombreuses fois pour cloisonner les muscles et les organes vitaux. Ces fascias rendent tous les muscles solidaires et en interaction. La crispation d'un muscle se répercute vers d'autres muscles à distance par les fascias.


Cette solidarité permet :

  • La perception du corps
  • La transmission des forces
  • la coordination motrice
  • les régulations neurologiques.


Une articulation devient douloureuse lorsqu'une résistance ne lui permet plus le libre jeux de ses amplitudes.

Cette résistance peut être installée à distance.

Une grande chaîne fasciale très épaisse appelée fascia thoraco-lombaire solidarise les muscles extenseurs du dos de la nuque au sacrum, de l'arrière des jambes jusque dans les voûtes plantaires. D'où l'importance de pratiquer des étirements dans la globalité de l'organisation posturale.

Un étirement des fascias du bas du dos associé à des mouvements lents et calmes de la nuque, redonne de l'élasticité à l'ensemble de la chaîne fasciale.

Les gains d'amplitude articulaires se ressentira à distance de la douleur initiale. Une réorganisation de l'élasticité cellulaire de toute la chaîne fasciale relancera la circulation des liquides réparateurs. Les fascias sont constitués de 70% d'eau et restent fonctionnels si leurs maillages restent élastiques, fluides.

L'activité physique est indispensable. Les fascias sont faits pour bouger et entretenir leur élasticité est indispensable.

Par la sédentarité, la position assise prolongée, les fascias se compactent et s'épaississent. Les muscles perdent leurs capacités fonctionnelles, se feutrent. Les nerfs sont bloqués.

Une mauvaise posture entretient ce désastre.

De plus les fascias par leur intimité avec le système nerveux central, sont sensibles au stress.

Si le corps n'arrive plus à se détendre même en dormant, les fascias s'épaissent et deviennent très réactifs à la douleur. La douleur devient alors chronique.

La solution : pratiquez régulièrement des étirements progressifs et lents avec de bons appuis sur le sol pour relancer la circulation de liquides réparateurs, cicatrisants, anti-inflammatoires, anti-douleurs.

Le tissus conjonctif retrouve sa fluidité, sa bonne santé. Les fibres de collagène dans le tissus conjonctif redeviennent élastiques.

Lorsque le dos est douloureux depuis longtemps, le travail d'étirements doux associé à la relaxation doit être répétitif et persévérant.


Une chaîne fasciale relie le diaphragme (muscle respiratoire) à la base du crâne. La partie supérieure du diaphragme est suspendue à la tête, à la colonne vertébrale cervicale et à la colonne vertébrale dorsale haute. Une chaîne fasciale relie la partie inférieure du diaphragme à la colonne vertébrale lombaire. Ces deux chaînes fasciales sont interdépendantes. (illustration du diaphragme)


Exemple : la pratique d'exercices d'enroulement-déroulement du dos dans son ensemble stimule les fonctions respiratoires. Les mouvements de la nuque vont avoir une action sur le diaphragme et les mouvements pulmonaires et également une action sur les mouvements des intestins.


Inversement étirer doucement les chaînes fasciales de la région lombaire va libérer la nuque.

L'ensemble de nos organes vitaux sont cloisonnés dans les fascias. Le rythme du mouvement respiratoire et du diaphragme va mécaniquement entretenir leur vitalité. C'est un véritable pompage des liquides thoraco-abdominales.